Initiative pour l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine

ASSM » Projets » Projets A–Z » Initiative pour l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine

L’initiative populaire fédérale «Oui à l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine» est soumise au vote le 13 février 2022. L'initiative prévoit d’interdire les expérimentations animales et les essais cliniques sur des êtres humains. Son acceptation compromettrait le progrès médical, la formation scientifique et la prise en charge des patient.e.s en Suisse. L’ASSM recommande de déposer un non dans les urnes.

Quel est l’objet de cette initiative populaire? Elle émet des restrictions sévères aux expérimentations animales, aux essais cliniques sur des êtres humains et à l’importation de médicaments. Comme les hautes écoles et de nombreuses autres institutions, l’ASSM met en garde contre l’acceptation de cette initiative. Celle-ci entraverait la recherche fondamentale et appliquée et exclurait toute recherche clinique avec des patient.e.s et des sujets de recherche lorsque le médicament étudié est basé sur des expérimentations animales. Cette interdiction concernerait également le commerce, l’importation et l’exportation de produits de tous types et de tous les secteurs, pour lesquels des expérimentations animales ont été menées directement ou indirectement.

 

Pas de progrès en médecine sans recherche

Sans recherche sur les animaux et avec les êtres humains, la population suisse (et la médecine vétérinaire) devrait renoncer à de nombreux médicaments ou traitements, dont elle bénéficie actuellement ou qui sont proposés dans d’autres pays. A titre d’exemple, si cette initiative était en vigueur aujourd’hui, la Suisse serait probablement le seul pays au monde dont la législation lui interdirait de vacciner sa population contre le Covid-19. En effet, les modèles animaux, qui permettent d’apprendre comment le coronavirus agit dans le corps et de tester «in vivo» les traitements avant de les dispenser aux humains, sont cruciaux dans la phase préclinique de la lutte contre la pandémie. A l'heure actuelle, il n'existe pas de nouvelles approches méthodologiques qui soient validées pour le développement de vaccins et qui permettent d'étudier correctement leur efficacité et leur sécurité, cela sans recourir aux animaux et tout en protégeant suffisamment les participant.e.s aux essais cliniques.


Dans leur prise de prise de position sur cet objet, swissuniversities et la SCTO mettent elles aussi en garde contre l’acceptation de cette initiative. L’ASSM soutient ces mises en garde.


13.10.2021: prise de position de swissuniversities

 

Une recherche sur l’être humain très encadrée

Telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui la recherche sur l'être humain est le moyen le plus sûr de développer de nouvelles solutions thérapeutiques et d’améliorer les thérapies existantes. Toujours associée à des chances et à des risques, elle est à juste titre l'un des domaines de recherche les plus réglementés et contrôlés dans le monde, y compris en Suisse. Avec son guide pratique «Recherche avec l’être humain» (2015), l'ASSM offre aux chercheuses et chercheurs ainsi qu’aux membres des commissions d'éthique de la recherche un aperçu compréhensible des dispositions prévues dans la loi relative à la recherche sur l'être humain (LRH).

 

Une utilisation responsable des animaux est essentielle

L’utilisation responsable d’animaux dans la recherche, dans le respect de la législation suisse sur les expérimentations animales et après une pesée éthique des intérêts, constitue dans de nombreux domaines une contribution essentielle à la compréhension des maladies et au développement de nouvelles approches thérapeutiques. La législation actuelle impose de limiter les expérimentations animales à l’indispensable, le recours à des méthodes alternatives devant toujours être privilégié. L’ASSM s’engage pour que les expérimentations animales soient réalisées dans le respect de la loi et de l’éthique, par exemple, avec la publication de son guide sur la pesée des intérêts dans les expériences sur animaux en 2017.

 

CONTACT

lic. théol., dipl. biol. Sibylle Ackermann
Responsable du ressort Éthique