Recherche translationnelle

ASSM » Projets » Projets A–Z » Recherche translationnelle

Le monde universitaire ne transforme pas de manière optimale les résultats de recherche biomédicale en nouvelles thérapies, et ce malgré les énormes ressources investies. Les obstacles existants ainsi que la manière de les surmonter sont abordés dans un document publié en 2019 par l’ASSM et intitulé «Translating academic discovery to patients’ benefit: is academia ready to assume its key role?».

La médecine translationnelle consiste à apporter aux patient.e.s et à la société de nouvelles découvertes scientifiques générées en laboratoire, dans le but d'améliorer la santé humaine. Malheureusement, une vaste majorité des projets de recherche ne sont jamais testés chez l’être humain et trop peu de découvertes scientifiques en sciences de la vie aboutissent à un changement de la pratique clinique ou à la création de nouveaux médicaments, tests diagnostiques ou dispositifs médicaux.

 

L’analyse publiée sous la direction de Martin Schwab, professeur en neurologie à l'Université de Zurich et à l'ETHZ et membre du Comité de direction de l’ASSM de 2010 à 2018, montre que le monde académique a un rôle clé à jouer dans la médecine translationnelle, mais qu'il est encore insuffisamment préparé pour s'engager dans cette voie. En effet, le passage du laboratoire au lit du ou de la patient.e est un processus ardu, long et risqué, nécessitant non seulement des connaissances spécifiques, mais aussi des structures appropriées et des financements substantiels. Le rapport identifie d'importantes opportunités d’amélioration et d'optimisation.

 

 

 

CONTACT

lic. phil. Valérie Clerc
Secrétaire générale